Les gardiens de la crypte de Valençay

André Beau

Ainsi, le prince de Talleyrand dormait-il son dernier sommeil, couché dans sa gangue de plomb, dans un enfeu ouvert au chevet plat de la crypte creusée sous la chapelle, aujourd’hui Notre-Dame, et jadis Saint-Maurice, de la « Maison de Charité »,sise rue Talleyrand à Valençay, actuel n° 6 ; anciennement n° 4.

De part et d’autre du tombeau, une niche vide à destination mal définie, s’imprime dans la muraille. Peut-être est-ce là, à droite ou à gauche, que Mme de Dino souhaitait voir placer son cœur à son propre décès, comme elle en exprima le désir dans la lettre-testament qu’elle écrivit au Prince, par le truchement de Mgr de Quelen, archevêque de Paris, le jour du « vendredi saint 1838 » (13 avril 1838). Pour des raisons qui nous échappent, ce vœu précoce de la future duchesse de Sagan ne sera jamais réalisé.

Vers les années 1930 , des plaques de marbre noir sont venues recouvrir les cercueils alors en place, dont celui du prince, dissimulant du même coup la vitre qui permettait d’apercevoir le visage momifié de l’illustre défunt.

Sur la plaque verticale, se lisait, et peut donc toujours se lire, l’inscription suivante :

Ici repose
Le corps de Charles-Maurice de TALLEYRAND PERIGORD.
Prince Duc de TALLEYRAND Duc de Dino.
Né à Paris le 2 février 1754.
Mort dans la même ville le 17 mai 1838.

Les privilégiés admis à descendre dans la crypte où le prince reposait depuis le 5 septembre 1838, crypte qu’en principe, on ne visitait pas, découvraient au fur et à mesure qu’ils se rapprochaient de la dépouille historique, de part et d’autre de l’allée centrale, sur des soubassements,

A droite :
Anne-Alexandrine-Jeanne-Marguerite Seillière duchesse de Talleyrand et de Sagan, née le 20 avril 1839 et décédée le 12 octobre 1905- ( Connue comme Princesse de Sagan) ;
Charles-Guillaume-Frédéric-Marie-Boson ,duc de Talleyrand et de Sagan, né le 16 mai 1832 et décédé le 21 janvier 1910 – ( époux de la précédente, connu comme Prince de Sagan);
Paul-Louis-Marie-Archambault-Boson, duc de Valençay, duc de Talleyrand et de Sagan, né le 20 juillet 1867 et décédé le 9 mai 1952 – (second fils des précédents – connu comme duc de Valençay) ;
Marie-Antoinette-Joséphine Morel, duchesse de Talleyrand et de Valençay, princesse de Sagan née le 29 mai 1909 et décédée le 12 août 2000 – (troisième épouse du précédent, connue comme duchesse de Talleyrand –Valençay) ;
Charlotte-Dorothée de Talleyrand-Périgord, décédée en bas-âge le 25 octobre 1840, (fille de Napoléon-Louis de Talleyrand-Périgord, Ier duc de Valençay, duc de Talleyrand et de Sagan, - petit-neveu du prince - et de sa première femme, Alix de Montmorency) ;
Marie-Pauline-Yolande de Talleyrand-Périgord , née le 29 juin 1833 et décédée le17 janvier 1836 (sœur de la précédente) .

A gauche :
Marie-Thérèse-Joséphine- Antoinette princesse Poniatowska, veuve de S. Ex. le comte Vincent Tyszkiewicz, née le 29 novembre 1760 et décédée le 2 novembre 1834 – ( cette amie fidèle et honorée du prince, fut inhumée le 20 novembre 1834, dans le sol même de la chapelle, la crypte n’étant pas achevée. Exhumée le 3 février 1958 des décombres de la chapelle incendiée par les allemands le 16 août 1944, elle a été déposée à la place où elle se trouve maintenant, dans un nouveau cercueil, sans revêtement de marbre.
Archambault-Joseph de Talleyrand Périgord, duc de Talleyrand, lieutenant général des armées du roi, né le 1er septembre 1762 et décédé le 28 avril 1838 ( frère puîné du prince et auteur de la ligne des Talleyrand-Valençay).

C’est la réalisation longtemps espérée qui nous permet, dorénavant, de voir au plus près le sarcophage du prince de Talleyrand, remonté à l’air libre, sans perturber par ailleurs l’atmosphère intime de la crypte. Que tous ceux qui ont su mener à bien cette transformation des lieux, reçoivent leur part de la reconnaissance qu’ils méritent.