Le château de Veuil

Du XI éme, époque à laquelle s’élevait un premier donjon, jusqu’au début du XVI siècle Veuil demeure un château féodal. Acheté au début du XVI ème par un financier, Jacques Hurault, il revient à la mort de celui-ci, en 1517, à l’un de ses fils, Jean. C’est, très vraisemblablement, celui-ci qui va construire un château suivant les goûts et les canons de la Renaissance. La ville de Veuil, située à une dizaine de kilomètres de Valençay, est alors une petite cité prospère.

Par mariages successifs le château entre dans la possession de Marc-Pierre René d’Argenson qui le cède à la famille Pâris de Montmartel, laquelle le vend en 1787 à Charles Legendre Philippe de Vimorien. Le domaine fait partie de la Terre de Valençay, vendue à nouveau en mai 1803, à Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord.

Le château était constitué d’une enceinte rectangulaire flanquée de quatre tours rondes, l’entrée était formée par un pavillon-donjon. A l’intérieur, une galerie ouverte d’arcades en plein cintre, de style Renaissance était décorée de médaillons et d’arabesques. Il existe de très jolies caves voûtées.

  

Talleyrand, qui n’avait que faire de ce château, l’utilisa comme une carrière de pierre pour la reconstruction et l’entretien de ses fermes et des autres bâtiments qui lui appartenaient mais cela ne l’a pas empêché d’y organiser une fête en l’honneur du Duc d’Orléans venu à Valençay en 1834.

Il a donc été à l’origine de l’abandon de ce château dont l’état n’a fait qu’empirer depuis lors. Vendu au début du siècle précédent, le château dans un état de ruine avancée a été acquis récemment par un nouveau propriétaire qui à déjà commencé des travaux.

Sources « A la découverte du Pays de Valençay »  syndicat d’initiative de Valençay et Guide historique de Valençay  par le R.P. Raoul.
Documents, reproduction de lithographies anciennes données par l’actuel propriétaire.
Pierre Guimbretière  Octobre 2002