Portraits - Talleyrand

 

Talleyrand d'après Pierre-Paul Prud'hon,
collection privée, circa 1810
Gros plan sur une représentation du prince de Talleyrand, ambassadeur à Londres, sous la Monarchie de Juillet.
Extraite de Gare les Quilles, cette caricature de Grandville et Julien, est parue sous le n° 189 dans le journal La Caricature, le 16 août 1832.
Talleyrand est à terre , pour "ramasser et remettre en place " les souverains et les princes européens que la "Liberté", invisible ici, s"apprête à faire tomber.
C'est don Miguel, roi du Portugal, que le diplomate tient dans sa main droite. A demi caché, le jeune duc d'Orléans, fils aîné du roi Louis-Philippe.
Ce portrait anonyme gravé du Prince de Talleyrand paraît inspiré de celui figurant dans le Congrès de Vienne, vu par Isabey, malgré la position différente du bras droit et l'arrondi du dossier;
Sur la plaque de Grand-croix dans l'ordre de la Légion d'honneur, le profil d'Henri IV est inversé. Les boutons de l'habit sont ornés d'une fleur de lys.
Cette lithographie représente le Prince de Talleyrand âgé; elle est datée de 1835 et paraît inspirée, quoique de sens contraire, de celle de Belliard, d'après le beau dessin de Delpech, réalisé en 1824.
Antoine Maurin (1793-1860) se consacra essentiellement aux célébrités de son époque.
Gravure représentant M.de TALLEYRAND, en habit de ministre sous l'Empire.
Cette oeuvre de Léon Mauduison n'est pas la moins réussie par rapport à toutes celles qui sont inspirées de la célèbre toile de François Gérard et dont le château de Valençay conserve une réplique.
C'est le Talleyrand de 1808, vu à Paris, après la conférence d'Erfurt; il arbore la plaque de la Légion d'honneur.
Ce portrait du prince de Talleyrand est extrait de la Galerie du Cabinet de Lecture - Journal Littéraire; il est paru, en 1838, chez Aubert et Cie.
Lithographie de Julien, représentant le prince dans une position inversée par rapport  à celle qu'il occupe dans le tableau peint par Ary Scheffer, conservé au musée Condé à Chantilly et remontant à 1828, dont l'auteur s'est manifestement inspiré.
Ici, Talleyrand a la main droite dans son gilet et arbore la plaque de l'ordre du Saint-Esprit.
Portrait peu flatté du Prince de Talleyrand, peint l'année du Congrès de Vienne.
Il s'agît d'une miniature sur carton, signée et datée "Noël AN. 1815".
Son auteur, Alexis?Nicolas Noël(1792-1871) fut élève de son père et de Louis David.
Nous sommes ici devant le Prince de Talleyrand, assis à la table du Congrès de Vienne.
De fait, cette gravure de Louis Delaistre a été conçue d'après le dessin de Jules Boilly, tiré lui-même du célèbre Congrès de Vienne, réalisé par J.B. Isabey et gravé par Godefroy, en 1819, seulement.
On remarquera ici la position des jambes, qui laisse apparaître, le talon renforcé de la chaussure droite.
Le Prince de Talleyrand, en 1824, vu par Delpech, d'après un dessin de Zèphirin Belliard.
François-Séraphin Delpech est l'auteur de plusieurs séries de portraits lithographiques, d'après les oeuvres des artistes de son temps.
Ce portrait de Talleyrand passe pour un des plus réussis; il comporte un fac-similé de la signature du Prince.
Il en existe une version coloriée.
1833 Talleyrand par Dantan
1803 Talleyrand par Duplessi
1833 Talleyrand par A.Croquis
1959 Talleyrand par Franz Eggeling
Collection privée
2005 Talleyrand par Franz Eggeling
Collection privée