Talleyrand à Copenhague


 

Nous sommes heureux de signaler que, depuis le 15 mars 2002, se tient au Christiansborg Palace à Copenhague, une très intéressante exposition intitulée Le Danemark et le Congrès dansant de Vienne. L'exposition sera close, le 12 mai 2002.

C'est une idée de Sa Majesté la reine Margrethe II, mise en oeuvre par le Directeur du Garde-Meuble de la Couronne de Danemark, M. Ole Villumsen Krog. Deux ans de préparation ont été nécessaires pour aboutir à cette réalisation.

Un épais catalogue bilingue de 530 pages, abondamment illustré, présente une suite remarquable de portraits, gravures, caricatures, documents originaux, mobilier et vaisselle d'apparat que l'on avait pas vu réunie, depuis 1965, soit à Vienne, soit à Paris. Une dizaine d'études liminaires aident à la bonne compréhension de l'exposition, dont, notamment, un texte du professeur Jean Tulard.

Talleyrand, la duchesse de Dino, et par conséquent Valençay, occupent une large place dans cette exposition. Le portrait en pied de Talleyrand, en habit de ministre sous l'Empire, peint par Prud'hon et celui de la duchesse de Dino, en robe de Cour, peint par Joseph Chabord, ornent l'escalier d'honneur. Plusieurs gravures, caricatures, miniature, aquarelle, décorations, vaisselle sont également présentes pour évoquer le génial représentant de la France au Congrès de Vienne, en 1814 et 1815.
Il faut noter encore le magnifique portrait original de la duchesse de Dino au turban, peint par Gérard, en 1824, et dont Valençay détient une copie ainsi que le grand portrait de Talleyrand assis, d'après Gérard, et prêté par Valençay.

La petite "délégation française" au vernissage de l'exposition, groupée autour de Madame et Marc du Pouget, directeur du Service des Archives départementales et du Patrimoine historique de l'Indre, comprenait Monique Carrillon, son adjointe, Bruno Tilmant d'Auxy, restaurateur de tableaux, et André Beau, président des Amis de Talleyrand.
Tous ont reçu un accueil royal, doublé d'une réception informelle au siège de l'ambassade de France, de la part de Monsieur l'ambassadeur Régis de Belenet, au lendemain du vernissage proprement dit.

Il faut s'attendre à ce que l'exposition de Copenhague ait une influence sur la fréquentation de Valençay, par les Danois, gens eux-mêmes très hospitaliers.
 

André Beau