Week end Talleyrand à Valençay

Pierre Guimbretière

L’Association « Les Amis de Talleyrand » a tenu, le 16 octobre 2010, son Assemblée Générale au château de Valençay, son siège social. Le bureau de l’association avait conçu un agréable programme autour de cette manifestation à laquelle ont répondu 37 membres.

On trouvera ci après un libre commentaire sur les principaux éléments qui ont caractérisé cette rencontre fort réussie et très conviviale aux dires des participants. On a noté, en particulier, la présence de nouveaux adhérents qui avaient assisté au colloque « Talleyrand, prince de la médiation » organisé par l’association, à Paris, le 29 mai de cette année. Les actes de ce colloque sont en cours de publication.

La rencontre s’est déroulée sur deux journées, le vendredi 15 et le samedi 16 octobre. Les participants présents en début d’après-midi ont visité le château de Montrésor situé à une trentaine de Km de Valençay dont l’imposante silhouette dominant les bords de l’Indre se dessine de loin. Ils ont été accueillis pour une très amicale visite par l’actuelle propriétaire, membre de l’association, qui habite sur place et dont la famille remonte au comte Xavier Branicki. Cet ami de Napoléon III, qui acquit ce château en 1848, le restaura et le remeubla entièrement.

Après un dîner au « Relais du moulin » on était invité à assister, sur place, à la projection du film de Claude Chabrol. « Les Noces rouges ». Ce film, sorti en 1973, qui se veut une chronique de la bourgeoisie provinciale, assaisonnée d’un fait divers meurtrier, a été programmé non pas en l’honneur de son auteur mort un mois auparavant mais parce que l’action se situe principalement à Valençay. Les spectateurs qui depuis quelques années fréquentent la ville, les valencéens en particulier, se sont amusés à reconnaître différents lieux où l’action se déroule.

La journée de samedi a été fort occupée. Dans la matinée, visite de l’église de Valençay dont le président d’honneur André Beau, la mémoire toujours vivante des « Amis de Talleyrand », s’est plu à donner, en particulier, des détails inédits concernant les personnages évoqués sur les vitraux. Puis, événement de l’année 2010, visite de la chapelle sur l’autel de laquelle est désormais exposé le tombeau de Talleyrand remonté de la crypte. Cette visite a été, à nouveau, commentée par M. André Beau, (pour plus de précision sur cette translation voir l'article qui y est consacré)

L’après-midi s’est passée au siège de l’association, dans l’enceinte du château. Après un excellent déjeuner pris à l’Orangerie du château, l’assemblée générale s’est tenue dans le charmant petit théâtre. Sous la houlette du président de l’association, efficace président de séance, sont adoptés à l’unanimité les différents points de l’ordre du jour : rapport moral, budget impeccablement tenu, renouvellement des mandats des huit membres dont le mandat avait pris fin en 2010, etc.

Deux projets de voyages ont été envisagés, la Lettonie et la Belgique. La Lettonie avec, certes Rundale, mais aussi Mitaü, la capitale du duché de Courlande, dont le château libéré d’un collège technique se visite aujourd’hui Il existe bien d’autres châteaux : pour se faire une idée sur ce voyage, il suffit de se reporter au document publié par nos amis, Yves et Jacqueline Boulvert. La Belgique, voisine mais mal connue, dont la création a apporté pas mal de tracas à Talleyrand, alors ambassadeur à Londres, possède de fort belles villes : Bruxelles mais aussi, parmi d’autres, Bruges, Gand, les deux Louvain (Leuwen et Louvain- la-Neuve).

L’association a dépassé de loin la centaine d’adhérents : 122 en 2010 ; pour accroître sa vitalité et resserrer les liens entre les membres, le bureau a pris la décision prometteuse de créer des circonscriptions régionales , on cite en particulier, l’Ile de France, et le Grand Ouest. Le numéro 3 du « Courrier du Prince » devrait sortir vers la fin de cette année, chacun est invité à apporter sa collaboration.

La soirée s’est poursuivie au petit théâtre avec deux petites pièces de Tchekhov, « La demande en mariage » et le « Chant du cygne » Le spectacle a été donné par un groupe d’amateurs picards plein d’allant et fort sympathique. Talleyrand n’aurait pu que se réjouir de voir son théâtre si bien utilisé, lui à qui Napoléon précisait «"Si vous avez un théâtre à Valençay et que vous fassiez venir quelques comédiens, il n'y aura pas de mal ». La soirée s’est poursuivie par des extraits d’œuvres ou d’opéras donnés par la cantatrice Marie-Joëlle Godefroy, membre fidèle de l’association depuis fort longtemps.

L’association confirme avec éclat son ancrage à Valençay : l’engagement renouvelé de tenir, tous les deux ans, son Assemblée Générale à Valençay et la mise en place, dans le respect et l’intérêt réciproque de chacun, d’un partenariat avec les édiles locaux . La présente municipalité a eu le grand mérite de réussir la translation, longtemps espérée, du tombeau de Talleyrand, ce qui ne peut que réjouir l’association. De son côté, l’association a invité le conseil municipal à assister au spectacle au petit théâtre ; le maire, membre de droit de l’association, a participé au repas officiel et aux diverses manifestations au château. En outre l’association a amorcé une fructueuse collaboration avec le comité franco-italien de Valençay qui préside au jumelage entre Valençay et la commune de Cesano près de Milan. Elle ajoute ainsi un élément culturel dans ces relations et une contribution utile grâce à une jeune adhérente italienne.

L’association, fondée depuis plus de 10 ans, peut maintenant envisager, avec plus de 100 membres, son avenir avec sérénité et dynamisme.